• rot1
  • Qu’est-ce que les 3RV-E?
    L’expression 3RV-E est, en fait, un acronyme très utile. Puisque chaque lettre a une signification, cela permet de connaître les actions à faire lors du tri des matières résiduelles!

Mai - Les déchets ultimes

Qu'est-ce qu'un déchet ultime?
Les déchets ultimes sont des matières qui ne sont plus valorisables et dont la réduction de leur caractère polluant n’est plus possible. Ces déchets résultent du tri, du conditionnement et de la mise en valeur des matières résiduelles, ils ne sont donc plus susceptibles d’être traités. Réglementairement, les déchets ultimes sont les seules matières à pouvoir être enfouis.
La réalité

Malheureusement, la réalité étant ce qu’elle est, la majorité des matières qui se retrouvent dans le bac de déchets ne sont pas des déchets ultimes. En effet, selon une étude de 2018 réalisée sur le territoire de la MRC de Memphrémagog, seulement 24 % des matières résiduelles domestiques présentes dans le bac de déchets seraient de véritables déchets.

La quantité de matières qui se retrouve dans les sites d’enfouissement techniques (LET) est importante et ne s’approche pas de l’objectif provincial fixé pour 2023 qui est de 525 kg par habitant. C’est une des raisons qui justifie l’importance que seuls les résidus ultimes se retrouvent dans les bacs de déchets.

Comment produire moins de déchet dans le quotidien?

Le débarras

Lorsque vient le moment de se départir d’objets en fin de vie, il est essentiel de bien trier les matières dans les bons bacs (recyclage, compost et poubelle) et dans les différents endroits de dépôt (écocentres et points de dépôts). En cas de doute, l’application Ça va où? de Recyc-Québec est un outil simple à utiliser qui permet de connaître la bonne façon de se départir d’un objet.

Réduction à la source
Afin de produire moins de déchets au quotidien, l’application du principe des 3 RV-E est un outil essentiel. Les 3 RV-E représentent le fait de réduire, de recycler, de récupérer, de valoriser et en dernier recours, d’éliminer une matière.Afin de réduire à la source, l’achat de produits en vrac est à préconiser pour éviter les aliments suremballés. L’utilisation de contenants réutilisables pour les usages quotidiens, comme pour les repas et les boissons, fait aussi une différence; d’ailleurs plusieurs cafés et restaurants acceptent maintenant ces contenants. Il est aussi simple et efficace d’avoir un sac réutilisable lors de ses déplacements pour éviter de devoir prendre un sac en plastique en cas d’achat spontané. Également, la réutilisation des emballages comme les pots et les sacs de plastique est facile et permet de réduire l’achat de contenants.
La réutilisation

Pour la réutilisation, il est avantageux et très économique de prioriser les produits qui sont rechargeables, lavables et réutilisables. L’achat seconde main quant à lui permet la réduction à la source puisque des objets comme des vêtements, des meubles, de la décoration et autres articles qui ne servent plus pour quelqu’un, seront réutilisés par une nouvelle personne et ce, à petit prix.

La valorisation

Finalement, la valorisation de la matière organique est une manière rapide et efficace de réduire la quantité de matières enfouies. Les résidus alimentaires, les mouchoirs et le carton souillé, entres autres, peuvent être déposés dans les bacs de compostage domestique ou dans les bacs à trois voies qui se retrouvent dans la majorité des espaces publics.

Source de l'article: Ministère de l’environnement et de la lutte contre les changements climatiques. (2021). L’élimination des résidus ultimes; Rapport sectoriel du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. https://voute.bape.gouv.qc.ca/dl/?id=00000236173; Régie de récupération de l’Estrie (Récup Estrie). (s.d.). Qu’est-ce qui va à la poubelle?. http://www.recupestrie.com/quest-ce-qui-va-a-la-poubelle/; Régie de récupération de l’Estrie (Récup Estrie). (s.d.). Les 3RV, une règle à adopter!. http://www.recupestrie.com/pourquoi-recuperer/les-3rv-une-regle-a-adopter/ Rédaction et mise en page: Gabrielle Tremblay, stagiaire en environnement